Abécédaire Fantasmatique

L

Vers le K

Langeage

nurse lange homme

Le langeage n'est pas une punition, mais seulement un amusement des maîtresses. La Crémière est la plus experte dans ce domaine. La servante est langée soit avec des langes en toile à torchon, soit avec des torchons. On utilise aussi des couches. Puis, elle est mise dans une culotte en caoutchouc.

Dans cette tenue, elle pourra soit continuer son service, soit être câlinée comme un bébé, recevoir la tétée, le biberon.

La servante doit faire ses besoins dans ses langes. Quand ses maîtresses le veulent, elles lui nettoyent après le cul et l'entrecuisse.

Il est particulièrement amusant de langer la servante quand elle a envie de pisser et chier, ou après un lavement.

Les servantes lavent les langes sales, ce qui constitue une punition particulièrement adaptée aux cas de saleté. Une autre punition consiste à leur mettre le nez dedans.

Quand une servante est fatiguée d'avoir travaillé, elle peut être langée pour se reposer, ce qui est pour elle une gâterie.

 

Languette

baillonée avec une languete

La languette est un bâillon particulièrement pénible.

La punie doit tirer la langue, qui est coincée entre deux petites baguettes de bois serrées par des élastiques. On ne serre pas assez pour faire mal, mais juste pour empêcher la langue de rentrer.

Ainsi, la punie ne peut pas parler, mais en plus elle se bave dessus abondamment, c'est un des intérêts de la languette. L'autre est que, même baillonnée, on peut faire gouter du pipi ou du caca à l'esclave.

 

Lavement

nurse lavement homme

Le lavement est une punition très humiliante. La clystérophilie est la spécialité de la Tripière et de la Serveuse. Il est donné avec un bock, du robinet duquel sort un tuyau terminé par une canule. On utilise aussi une poire ou un entonnoir. Le lavement est une humiliation, il ne doit pas être douloureux. Il fait pourtant partie de l'éducation allemande, qu'on appelle aussi Kaviar Und Klyster.

La pénitente est couchée à plat ventre, couchée sur le dos cuisses écartées, ou à quatre pattes, parfois sur une alèse. Il est bon qu'elle voie la lavementière qui la remplit. Si la canule peut être grosse, elle est toujours graissée, ainsi que la rosette de la pénitente. Le liquide, tiède, peut être de l'eau, du lait, du bouillon tiède, ou de la pisse. La quantité est de deux litres maximum.

Une fois le cul rempli, il peut être fermé avec un bouchon (un morceau de saucisse), et la servante peut être ou non langée. Elle relâchera le lavement spontanément, ou après des chatouilles, ou par pression d'une maîtresse sur son ventre.

Bien entendu, le lavement relâché pourra être utilisé, bien sale, pour une autre humiliation. Il peut être filtré, pour récupérer la merde molle qui servira à autre chose.

Il peut aussi être relaché dans la culotte de la servante, qui restera comme ça honteuse et trempée.

 

Lavementière

nurse lavement

La lavementière est la maîtresse qui, à titre de punition ou de gâterie, donne un lavement.

Être lavementière demande beaucoup de qualités. Il faut savoir insérer la canule ou la poire, choisir le liquide approprié, régler la température... Il faut, surtout, administrer la bonne quantité, celle qui provoquera le plaisir, la honte, l'inconfort, la gêne, mais jamais vraiment la douleur, qui n'est pas le but recherché. Il faut savoir, aussi, dire des choses humiliantes, masser le ventre pour bien répartir le liquide, etc... Et, enfin, il faut savoir choisir le moment de l'expulsion.

La lavementière a le matériel nécessaire, et les protections adéquates, c'est à dire toujours un tablier, en caoutchouc, plastique ou PVC le plus souvent, ainsi que fréquemment des gants.

La plus expérimentée des lavementières est la Tripière, mais la Serveuse est aussi très experte dans ce domaine.

 

Léchage

nurse leche chatte

Les léchages sont des punitions très appréciées des maîtresses comme des esclaves. La servante doit lécher une partie du corps de sa maîtresse, la baiser et la sucer. Pour celà, elle a souvent les mains liées, afin de ne pouvoir utiliser que sa bouche.

Le léchage se fait le plus souvent sur la tartoune ou sur le troufignon. Si ils sont sales, c'est encore mieux. Il se pratique également sur les pieds : c'est alors un petit salé, meilleur encore si les pieds sont en sueur. D'ailleurs, les maîtresses portent souvent des chaussons en plastique, exprès pour transpirer dedans. Tout le corps, sinon, peut être léché, surtout ce qui est sale, comme les aisselles.

La partie léchée peut être pimentée par de la nourriture (fromage blanc, crème de marron) ou par de la pisse ou un peu de caca, ce qui rend le léchage plus difficile, car il doit nettoyer parfaitement la peau.

 

Linge

machine à laver manuelle

Le linge et les vêtements, tout en coton, lin ou métis, servent à faire le torchonnage.

Le linge d'office comprend essentiellement les torchons et les nappes.

Les vêtements comprennent:

  • des tabliers
  • des blouses et des robes
  • des sous-vêtements féminins : culottes, soutiens-gorge, jupons, sages, d'allure campagnarde
  • des coiffes, des charlottes, des toques
  • des socques en bois, des sandales
  • des chaussons en plastique, des bottines en caoutchouc blanc.

Les maîtresses sont le plus souvent habillées de la façon suivante:

  • Une blouse ou une robe-tablier
  • Un grand tablier à bavette
  • Un tablier taille porté sur le tablier à bavette
  • Un torchon étalé par dessus le tablier-taille
  • Un ou deux torchons pendus à la ceinture
  • Une coiffe sur la tête
  • Des socques ou des sandales aux pieds

Le linge est lavé à la machine, ou à la main par une esclave, avec une lessive douce, qui le nettoie sans trop effacer les taches : il doit toujours avoir l'air un peu sale. Il est repassé et rangé dans des armoires. Il en est de même pour les vêtements.

 

Lit

lit de contention

Le lit fait partie du mobilier.

Il est utilisé pour le repos, mais surtout pour attacher les servantes lors de certains saucissonnages.

Les saucissonneuses se servent pour cela de lits spéciaux de contention, avec tout ce qu'il faut pour attacher dessus la pénitente. Elle y sera complètement immobilisée, mais de manière bien confortable, pour qu'elle puisse supporter la punition plus longtemps. Le lit est donc équipé de sangles pour bien maintenir la servante. Il y a en principe au moins des liens pour les pieds et les mains, et deux ou trois sangles pour la poitrine, la taille, les cuisses.

Bien sûr, si la punition doit durer longtemps, un langeage est nécessaire. Mais de toute façon, en cas de fuite de pipi ou de caca, le lit à une alèse sur le matelas.

Le lit est bien pratique pour faire des abaissages, bien confortablement pour la maîtresse qui fera l'écraseuse.

Vers le M

Hosted by www.Geocities.ws
GridHoster Web Hosting
1